Le congé de proche aidant

Vous êtes seul aidant d’un de vos parents et cette situation implique une grande disponibilité ? Vous aimeriez être plus disponible pour aider votre enfant handicapé, mais vous travaillez à plein temps ?
Depuis le 1er Janvier 2017, le congé de proche aidant remplace le congé de soutien familial.

Remplaçant l’ancien dispositif de congé de soutien familial, le congé de proche aidant permet de suspendre temporairement votre activité professionnelle afin de vous occuper d’un proche en situation de handicap, ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité.

Vous travaillez et l’un de vos proches est en situation de handicap ou de perte d’autonomie ? Pour vous aider à faire face, un conseiller peut vous accompagner pour faire le point sur votre situation, identifier les dispositifs et les acteurs de proximité susceptibles de vous aider.

Congé de soutien familial

À qui s’adresse ce type de congé ?

Issu de la loi d’adaptation de la société au vieillissement de décembre 2015, le dispositif congé de proche aidant est plus souple que ne l’était celui du congé de soutien familial.

Il peut être sollicité pour s’occuper d’un membre de sa famille (parent, enfant, conjoint, concubin, partenaire de PACS, collatéral jusqu’au 4e degré) mais aussi d’une personne, âgée, malade ou handicapée. La personne aidée doit obligatoirement habiter en France.
La loi (article 53) précise toutefois que le proche est une personne avec laquelle le salarié « réside ou entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne ».

 

À noter : le proche aidé peut vivre dans un établissement ou habiter chez quelqu’un qui n’est pas le salarié aidant.

Vous envisagez de suspendre votre activité pour vous consacrer à un proche ? Pour faire le point sur les différentes options qui s’offrent à vous et les démarches associées, vous pouvez contacter un conseiller, par mail ou téléphone.

Les conditions d’exercice

Vous pouvez solliciter ce congé pour vous occuper d’un conjoint, d’un parent, d’un enfant et plus largement d’un proche ne faisant pas partie de votre famille, mais avec lequel vous entretenez des liens étroits.

La personne aidée doit résider en France de façon stable et régulière. Elle peut vivre à domicile ou en établissement.

Le congé pourra prendre fin de façon anticipée dans plusieurs cas :

  • si votre proche décède,
  • si votre proche est admis en établissement ou si vous faites appel à un service d’aide à domicile pour vous assister,
  • si un congé de proche aidant est pris pour la même personne par quelqu’un d’autre.

 Pour en savoir plus sur les modalités du congé et les démarches à entreprendre, sollicitez l’un de nos conseillers.

Droits et devoirs du proche aidant

Le congé de proche aidant est ouvert aux salariés du secteur privé, sous condition d’ancienneté.

Durant le congé, le contrat de travail est suspendu et le salarié ne peut donc pas exercer une autre activité professionnelle, à moins que le bénéficiaire du congé ne soit employé par la personne aidée, percevant l’aide personnalisée d’autonomie (APA) ou la prestation de compensation du handicap (PCH).

Pendant la période de congé, le salarié conserve ses droits à la formation et ses avantages liés à l’ancienneté.

Il bénéficie également de ses droits à la protection sociale (remboursement des soins, indemnités journalières en cas de maladie, etc.). À l’issue du congé, le salarié retrouve son emploi avec une rémunération au moins équivalente.

Vous aimeriez prendre un congé, mais vous vous interrogez sur les conséquences que cela peut avoir pour votre travail ? Pour faire le point sur votre situation, connaître vos droits et trouver une solution vous permettant de conjuguer au mieux vos préoccupations personnelles et professionnelles, interrogez l’un de nos conseillers.

 

Des questions ? Besoin de plus d'info ?

Contactez un CONSEILLER

Cliquez ici

01/01/2018

Observatoire SimpliSanté

VIASANTÉ Mutuelle lance une grande enquête ludique et interactive auprès des dirigeants et salariés d’entreprise, intitulée « Une journée au travail ». Cette enquête aborde les grandes thématiques qui rythment la vie d’un travailleur. A chaque question, vous pourrez confronter votre réponse à celle des autres répondants et vous interroger ainsi sur votre propre santé.

Commencez l’enquête >