L’accident de travail entrainant le décès : ce qu’il faut faire

Certains métiers présentent plus de risques d’accidents physiques que d’autres, mais aucune entreprise n’est à l’abri d’un incident grave d’un salarié. Comment doit réagir l’employeur dans le pire cas de figure, quand l’accident de travail entraîne le décès ? La situation est choquante, mais certaines actions doivent être menées. Voici un aperçu de ce qu’il faut faire.

Très inhabituel, l’accident du travail mortel est déstabilisant. Les petites entreprises sont d’autant plus démunies qu’elles sont rarement préparées à la gestion de crises. Au-delà du choc, il est nécessaire de réagir pour gérer l’urgence, et pour accompagner au mieux la famille de la victime, ses collègues, et tous les autres salariés.

Accident travail

Premiers réflexes d’urgence

 Dès que l’événement survient, des actions s’imposent :

  • Prévenir les secours avec les numéros d’urgence 18 et 15.
  • L’encadrement doit arrêter immédiatement l’activité sur la zone concernée par l’accident, et ramener les salariés au calme, dans la mesure du possible.
  • Dans une entreprise de plus de 20 salariés, le témoin de l’accident doit alerter le salarié sauveteur secouriste du travail (SST). Le SST (ou un médecin) pourra recouvrir le corps de la victime et établir un périmètre de sécurité. Il ne doit surtout pas déplacer le corps au risque de compromettre le bon déroulement de l’enquête qui suivra.
  • La direction doit prévenir la police judiciaire. Notez bien que les secours et la gendarmerie  peuvent contacter à leur tour l’inspecteur du travail. Garant du bon respect des règles de sécurité, il peut être mis à contribution dans l’enquête qui sera menée.
  • La priorité de la direction est ensuite de contacter la famille de la personne décédée. Dans ce type de circonstances il est préférable de se déplacer auprès de la famille.

Vous êtes patron, et souhaitez anticiper au mieux les actions à mener dans le cadre d’une situation de crise ? Contactez l’un de nos conseillers qui pourra échanger avec vous, et au regard de votre secteur activité, vous mettre en relation avec un interlocuteur spécialisé sur la gestion des risques professionnels. 

Au-delà des premières heures

L’accident doit être déclaré à la CPAM dans les 48 heures, et les membres du CHSCT (s’il existe) ou les délégués du personnel doivent obligatoirement être informés.

La direction doit ensuite constituer une équipe de crise avec des membres du CHSCT, des délégués du personnel, le médecin du travail, des salariés dont la présence parait indispensable à la compréhension de l’événement, et éventuellement d’autres ressources externes (psychologue par exemple).

L’équipe de crise a pour rôle à la fois d’évaluer la situation, et d’organiser la communication et le soutien nécessaire aux différentes personnes concernées (familles, salariés, mais aussi médias). Elle facilite aussi le travail d’enquête en mettant à disposition tous les documents administratifs nécessaires.

Suivre et accompagner dans le temps

 L’entreprise peut contacter le service de santé au travail, pour la mise en place d’un suivi psychologique dans le temps. L’employeur doit être particulièrement vigilant pour repérer les salariés en souffrance, qui pourront être orientés vers le médecin du travail. Certaines personnes peuvent en effet décompenser tardivement, et d’autres se retrouver en arrêt de travail.

L’employeur doit enfin garder le contact avec la famille de la victime pour se tenir au courant des obsèques, et l’aider le mieux possible à faire son deuil. L’entreprise peut l’accompagner dans ses démarches administratives et éventuellement matérielles (faciliter la prise en charge, proposer d’assumer le coût du suivi psychologique par exemple). Enfin, il convient de faciliter la restitution des effets personnels, et si cela est souhaité, d’accompagner la famille sur le lieu de travail.

Vous faites face au décès d’un de vos collaborateurs et cette situation est difficile à vivre pour vous sur le plan personnel ? Contactez l’un de nos conseillers qui prendra le temps de vous écouter, et d’échanger avec vous pour trouver le meilleur soutien possible dans votre situation.

Des questions ? Besoin de plus d'info ?

Contactez un CONSEILLER

Cliquez ici